J’ai rencontré un ange

a1bc92_4a2d177666284553862f81c9ed7c6a40_mv2
Le 2 janvier 2014, l’appel tant redouté, tu venais de partir. Les larmes me sont montées et non cessées de couler pendant plusieurs jours.
Je t’ai rencontré peu de temps avant ton anniversaire en 2010. Mon homme voulait que a1bc92_6c0380e08879493ba63ac8fbb12e27d5_mv2nous nous rencontrions et cette rencontre à bouleverser ma vie.
Dès le moment où j’ai franchi le seuil de chez toi, tu m’as acceptée, taquinée. Un jeu est de suite né entre toi et lui : “Tu prêtes, Jon?” Et après quelques minutes de ce jeu, tu as obtenu ce que tu souhaitais, tout naturellement, sans gêne, sans jalousie.
Lors de ton anniversaire, tu as su me mettre à l’aise, alors que je ne connaissais personne. Tu savais prendre soin des gens que tu appréciais, que tu aimais. A l’époque quelques soucis t’empêchaient de voir ta fille. Du coup, lorsque tu as enfin pu l’avoir pour quelques jours nous t’avons proposé de venir avec nous à la montagne. Nous avons passé un agréable séjour en ta compagnie et celle de ta fille.
Je garde tous nos moments en mémoire, comme de précieux souvenirs que je ne veux jamais oublié. Comme si cela me permettait de t’avoir près de moi, quelques secondes.
Lors d’un voyage en voiture, tu étais sur le siège passager, derrière moi, et tu m’as posé une question sur ma façon de conduire et aujourd’hui encore lorsque je prends la route, principalement l’autoroute, je t’entends encore me poser la question : “Pourquoi tu attends d’être aussi près de la voiture pour la dépasser?”. Peut-être que depuis tu m’as évité bien des accidents, juste avec ta question, et je t’en remercie. Aujourd’hui, je garde mes distances lors de mes dépassements.
Je ne t’ai pas revu les années qui ont suivi cette histoire, à mon plus grand regret car cela était la dernière fois. Tu nous quittais 2 ans plus tard, vaincu par cette terrible maladie qu’est le cancer. Nous avions la possibilité de venir te voir, mais je n’ai pas voulu garder de toi cette image, mais plutôt l’image d’un homme vivant et heureux.
Il m’est encore très difficile de me dire que tu n’es plus là, aucun jour ne passe sans que tu sois dans mes pensées. Cela me parait irréel qu’un homme comme toi, aussi gentil, attentionné puisse ne plus être parmi les gens qu’ils aiment. Qu’il ne soit plus là pour voir grandir sa fille.
Deux, trois jours après ton enterrement, j’ai fait un rêve dans lequel tu me disais que tout se passerait bien. Ce rêve m’a fait énormément de bien.
Tu me manques !
P.S. : Nous nous marions en juin 2018, comment aurais-tu réagi à cette annonce? Tu aurais été tellement content pour nous, je te vois avec ton beau sourire, en apprenant la nouvelle. Tu ne seras pas là physiquement, alors que tu es celui qui devait l’être, mais tu seras dans nos cœurs et nos pensées.
signature

Laisser un commentaire